Diamant

Une crise ne doit pas nécessairement mener à quelque chose de négatif : c’est ce que démontrent les architectes Joost van Bergen, Onne Walsmit et Dirk Schlebusch avec leur collectif Venividimultiplex. Plutôt que de rester les bras croisés lorsque la crise du bâtiment néerlandaise a frappé leur profession, ces amis ont décidé de se consacrer à leur fascination pour la conception et la création de choses qu’ils aiment. Le résultat : Venividimultiplex, qui nous éblouit avec son installation The Uniting Lightstar, présentée aux Fêtes des Lumières de Knokke-Heist.

Joost : Venividimultiplex est né de la première installation que nous avons réalisée près d’Amsterdam, à Schiphol. Il y avait là une sorte de monde écologique. Avec l’aide d’enfants, nous avons attaché des graines à des ballons, que nous avons ensuite rattachés au paysage. À la fin de la journée, nous les avons laissées se disperser dans l’air. Nous tenions alors déjà compte de l’aspect écologique et avons donc utilisé des ballons biodégradables. Nous étions très en avance sur notre temps. Nous avons appelé ce projet Venividimultiplex car il consistait à répandre des graines, mais aussi parce que nous aimons travailler avec le multiplex. C’était en quelque sorte un nom évident, mais nous nous sommes alors dit : eh, ça sonne plutôt bien et ça reste en tête. Nous avons donc continué à l’utiliser pour nommer notre collectif.

Joost : Nous essayons, par notre art, de transmettre une sorte de message. Les gens peuvent en apprendre quelque chose, s’en servir, en s’asseyant dessus par exemple, et, dans tous les cas, le toucher et en ressentir de la joie. The Uniting Lightstar a été créée en 2015 pour l’Amsterdam Lightfestival. Le thème de l’événement avait un lien avec l’Union européenne. Nous avons décidé que nous voulions créer une forme mathématique qui réunirait les gens, et qui fut finalement un dodécaèdre. Cette forme, ces pentagones enchaînés les uns aux autres, crée un volume considérable et, à l’intérieur, les fils bleus constituent les liens entre tous les nœuds. Ils représentaient alors les membres de l’Union européenne de l’époque. Entre-temps, The Uniting Lightstar s’est développée et ses interprétations sont désormais beaucoup plus variées. L’idée est simplement d’aller tous ensemble se tenir devant cette étoile, ce diamant et d’appuyer collectivement sur les boutons. On crée un cercle, une unité avec laquelle on fait s’allumer tous les fils pour faire apparaître une autre unité, l’étoile dans son intégralité.

Le véritable sujet de cette œuvre, c’est l’unité, le fait d’être ensemble, l’entraide, le lien, la connexion, la lumière et l’amitié.
– Joost van Bergen

Joost : On peut voir la construction métallique comme un diamant brut, ou comme une étoile. Le véritable sujet de cette œuvre, c’est l’unité, le fait d’être ensemble, l’entraide, le lien, la connexion, la lumière et l’amitié. Notre œuvre lumineuse correspond donc à merveille au Petit Prince. Cette histoire enrichit véritablement les Fêtes des Lumières de Knokke-Heist. C’est un livre bien connu et très complet qui est mis en lumière, un livre qui parle de notre société contemporaine, de la solitude et de la valeur de l’amitié. 
Le Petit Prince est le premier livre français que mon institutrice, Mlle Roos, m’a fait lire. Je m’en souviens encore. Et peut-être est-il à présent temps pour moi de lire cette jolie histoire à ma fille de quatre ans.

Vous avez aussi un garçon ou une fille de quatre ans ? Ou d’un autre âge ? Emmenez-les aux Fêtes des Lumières de Knokke-Heist. Les enfants adorent toutes ces lumières scintillantes, la magie que peut susciter cette œuvre ou d’autres, et, bien sûr, le Petit Prince, présent partout et nulle part.